Le développement durable a vu émerger de nouveaux comportements d’achat exigeant plus de traçabilité, de transparence, de performance environnementale. Pour les entreprises, la RSE est désormais un levier de compétitivité et communiquer sur leurs actions, la meilleure manière de démontrer leur engagement. A cet égard, le rapport RSE, longtemps rébarbatif, est devenu un excellent outil de communication. Quelques pistes pour exploiter tout son potentiel…

Le rapport RSE c’est quoi ?

  • C’est un document périodique et officiel publié par les entreprises qui retranscrit l’impact social et environnemental de leurs activités.
  • Obligatoire pour les grandes entreprises, il présente leurs actions, leurs résultats et les axes d’optimisation à venir.
  • Véritable mine d’informations extra financières, il est révélateur du niveau de transparence d’une entreprise et lui permet de mesurer et suivre ses objectifs.

Le rapport RSE, pour qui ?

  • Depuis la loi « Grenelle II », publiée le 12 juillet 20101, ce document obligatoire doit être publié annuellement pour :
    – les entreprises cotées en bourse ;
    – les entreprises de plus de 500 salariés et/ou de plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.
  • Selon l’article 173 de la loi n° 2015-992 du 17 août 20152 relative à la transition énergétique pour la croissance, le rapport RSE doit prendre en compte les conséquences sociales et environnementales de leurs activités, incluant l’impact sur le climat.
  • Les autres sociétés ne sont soumises à aucune réglementation particulière. Cependant, la RSE concernant toutes les entreprises, elles sont de plus en plus nombreuses à choisir librement d’éditer un rapport RSE dans le cadre de leur stratégie de leur stratégie de communication.

Nouveau call-to-action

La DPEF et le rapport RSE c’est pareil ?

  • La transcription de la directive européenne sur le reporting extra-financier a donné lieu en 2017 à la publication d’une ordonnance et de son décret d’application3 remplaçant le rapport RSE « Grenelle II » par la Déclaration de Performance Extra Financière, essentiellement pour les Sociétés Anonymes dépassant :
    – plus de 500 salariés et 40 millions de chiffre d’affaires pour les sociétés cotées en bourse ;
    – plus de 500 salariés et 100 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les sociétés non cotées.
  • Cette nouvelle obligation règlementaire consiste à publier une déclaration comprenant les principaux risques RSE liés à l’activité.
  • La DPEF s’articule autour de 4 thématiques : social-sociétal, environnement, lutte contre la corruption et droits de l’homme. Elle doit intégrer :
    – La présentation du modèle d’affaires ;
    – L’analyse des principaux risques RSE ;
    – Les politiques appliquées et procédures de diligence raisonnable ;
    – Les résultats des politiques et les indicateurs de performance.
  • La DPEF est un outil de pilotage stratégique qui permet à l’entreprise d’identifier ses enjeux prioritaires et de déterminer les engagements RSE auxquels elle devra répondre. Elle rend compte du travail mis en place par la stratégie RSE. À ce titre, elle fait partie intégrante du rapport RSE.

« Le rapport RSE doit répondre à la question ‘’quels sont les engagements et les actions de cette entreprise en faveur du développement durable ? »

Le rapport RSE, pourquoi ?

  • Pour améliorer votre stratégie d’entreprise
    Véritable outil de veille, le rapport RSE vous permet de réaliser un bilan régulier, de déterminer les axes d’amélioration et de fixer des objectifs à court, moyen et long terme.
  • Pour soigner votre image de marque
    La vue d’ensemble des actions menées et de leur impact offre une meilleure perception aux clients, salariés et partenaires.
  • Pour vous démarquer des concurrents
    La démarche RSE peut être un facteur de différenciation compte tenu de son importance auprès des consommateurs.
  • Pour fédérer vos salariés
    Le rapport RSE contribue au sentiment d’appartenance des collaborateurs à une entreprise engagée.
  • Pour motiver les parties prenantes
    En leur permettant d’évaluer l’impact des mesures prises, le rapport RSE devient utile à la prise de décision.
  • Pour attirer les investisseurs
    Il leur permet de juger de votre activité et votre engagement avant de collaborer.
  • Par souci de transparence
    Communiquer sur votre démarche RSE permet aux consommateurs de faire un achat éclairé et responsable.

« Le rapport RSE tend depuis quelques années à fusionner avec le rapport annuel. Ce rapport intégré peut compléter la vision comptable et financière par des indicateurs des domaines du social, de l’environnemental et du sociétal. 
Une façon de démontrer que l’extra financier est créateur de valeur financière »

Quelles thématiques aborder ?

  1. Environnement
    Cette partie présente vos objectifs, les actions de l’entreprise en faveur du développement durable et leur impact. On y retrouve les mesures pour limiter la pollution, la consommation d’eau, d’électricité ou de matières premières, la gestion des déchets, l’utilisation durable des ressources, la protection de la biodiversité, le bilan carbone…
  2. Volet social
    Cette partie traite des ressources humaines et des engagements liés aux conditions de travail : effectifs, embauches, licenciements, parité, rémunérations, temps de travail, santé et bien-être au travail, formations…
  3. Partie sociétale
    Elle présente l’impact économique de votre activité, vos partenaires sociaux, les relations avec vos fournisseurs, les mesures de protection des consommateurs, l’éthique et la transparence, les actions de mécénat…

5 conseils pour rendre attractif et accessible son rapport RSE

  1. Pensez digital dès la conception
    Document digitalisé, intégré au site corporate ou mini site permettront d’offrir un rapport expérientiel qui s’ouvre au grand public. Dans un format accessible et didactique, le lecteur comprendra en quelques clics vos enjeux, vos domaines d’actions RSE… et pourra facilement extraire l’information en fonction de ses besoins.
  2. Misez sur le storytelling
    En racontant une histoire, vous suscitez l’intérêt des lecteurs et l’émotion. Votre raison d’être, votre participation au quotidien à l’amélioration de la communauté, votre vision pour demain sont autant de piliers possibles.
  3. Passez aux infographies
    Une façon de transformer vos données chiffrées pour les rendre moins rébarbatives.
  4. Intégrez des vidéos
    Plus ludiques, plus accessibles, elles auront plus d’impact que n’importe quel autre format
  5. Donnez la parole aux clients, aux collaborateurs et aux responsables
    Vidéos, interviews, stories… vous permettront de ne pas vous laisser enfermer dans une communication trop technique et rendront le rapport RSE vivant, en valorisant chacun dans la réussite globale du projet RSE.

En bref, offrez une expérience digitale nourrie d’une histoire, de vidéos, d’interviews, de stories. Osez sortir de la communication corporate classique, soyez créatif et innovant pour donner une meilleure lisibilité à votre engagement sociétal et environnemental !

Présidente d'UNICORP Muriel Sola
Présidente d’UNICORP

Sources

3- Directive européenne du 22 octobre 2014 relative à la publication d’informations non financières transposée en France par ordonnance du 19 juillet 2017 et décret du 9 août 2017 : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000035401863 
Pour en savoir plus sur la DEPF : https://rse-reporting.com/reporting-rse-declaration-performance-extra-financiere/